Je suis dyspraxique et j'en ai honte 

 

Je suis dyspraxique et j'en ai honte, pourquoi je suis pas comme tout le monde.

Pendant longtemps j'ai cru que j'étais bête, mais le neuropsy m'a expliqué que non que j'étais intelligent, que la dyspraxie me compliquait un peu la vie c'est pour ça qu'il fallait quelques petits aménagements à l'école que ce n'était pas une faveur qu'on me faisait et que ça ne m'empêcherai pas de faire des études d'ailleurs Heinstein, Churchill, De Vinci etaient bien Dys.

C'est vrai je suis mal organisé. Les shémas ça ne me parle pas, dessiner je sais pas bien. Quand j'écris, je ne peux pas écouter ce que dis le professeur car je suis trop concentré à écrire, c'est soit disant le problème de la double tâche. Quand ça va trop vite, j'oublie d'écrire des mots, c'est pour ça que les cours en photocopie me permettrait d'avoir ma leçon en entier, et surtout quand il y a une évaluation et que je vois le polycopié noir pas agrandi, pas adapté. Pour moi, je sais que je vais perdre beaucoup de temps à compenser, que ça va être compliqué.

Alors je stresse, ce qui accentue mon handicap m'a dit mon medecin. Pourtant je sais que j'en suis capable car j'ai beaucoup revisé pour ça. Je rentre à la maison, je suis triste et des fois je pleure, je suis si déçu de moi et j'en veux à cette maudite dyspraxie et aussi à l'école de ne pas m'aider. Pourtant quand tout est fait pour moi, tout roule je réussis même tres bien et je suis fier de moi. J'en oublie presque ma dyspraxie.

Alors, je vous demande, s'il vous plait, de ne pas oublier ce qui peux m'aider car je pourrai vous montrer vraiment toutes mes capacités. Vous montrez que je ne suis vraiment pas bête mais plutot intelligent et que je peux réussir.

 

LEANDRE

 

Commentaires

Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
Aucune entrée disponible
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Estelle Rivray - Isabelle Legris - Régine Salvat