Dyspraxie

 

Dyspraxie signifie "dysfonctionnement des praxies".

 

Qu’est-ce que les praxies: gestes qui nécessitent un apprentissage explicite et une inscription cérébrale d’une programmation de l’action.

 

C’est la capacité à planifier et à exécuter une séquence de mouvements volontaires pour atteindre un but.

 

Elle permet une économie d’énergie et de faire une autre tâche en même temps lorsque son automatisation est acquise. Exemple : écouter et comprendre un cours tout en l'écrivant ( écriture automatisée).

 

La dyspraxie est un trouble de la coordination et de l'automatisation du geste lors de mouvements volontaires dirigés vers un but.

 

Elle entraine une situation de handicap parfois invisible ( ou peu visible) ou de degré variable. Ce trouble va entrainer secondairement:

- dysgraphie ( écriture illisible et/ou lente), toujours.

- dyslexie (par un mécanisme différent des dyslexies primaires) et dysorthographie fréquentes.

- dyscalculie non primaire ( géométrie, pose d'opérations par mécanismes visuo spatiaux)

- troubles visuospatiaux et souvent spatiaux temporels possibles.

- des difficultés d'attention différentes du TDA/H, liées à la situation de double tâche.

 

Ces troubles praxiques se répercutent au niveau des gestes du quotidien et dans nombre d'apprentissages scolaires.

 

1) Trouble de la coordination

 

On ne réalise pas que chacun de nos gestes est appris et ajusté grâce à une coordination musculaire ET visuelle. Chaque geste est donc apprentissage, réalisé pour être harmonieux et efficace.

On module notre geste dans :

-sa direction bien précise

-son amplitude ( ne pas dépasser la cible)

- sa force ( on maitrise l'appui, on adapte sa préhension)

 

Une personne dyspraxique coordonnera difficilement ses gestes ( allure maladroite).

Exemples :

Elle versera la boisson à côté, écrasera le gobelet plastique en le saisissant, cassera la mine de crayon ou percera la feuille par un appui inadéquat, l'habillage sera compliqué ( boutonnage, fermetures éclairs, lacets).

L'écriture est avant tout un geste fin de calligraphie qui sera très couteux à réaliser. L'usage de certains instruments ( règle, compas) le sera également.

 

Ainsi, une personne dyspraxique devra sans cesse se concentrer pour réussir chaque geste. Des efforts permanents source de stress et de grande fatigabilité.

 

2) Trouble de l'automatisation

 

Qui se souvient d'avoir appris la plupart des gestes du quotidien ? Pourtant c'est le cas : il suffit de regarder un tout petit et sa maladresse avant de réussir à attraper un ballon, à se servir de couverts, à enfiler un vêtement.

La plupart de nos gestes résultent d'un apprentissage avant de devenir automatiques- réflexes- mémorisés. Ils sont acquis et ne demandent plus d'efforts. On peut "écrire les yeux fermés".

 

Une personne dyspraxique ne pourra pas automatiser ses gestes volontaires, leur mémorisation réflexe est impossible.

- elle ne pourra anticiper le bon geste à réaliser ( empêcher la chute d'un objet, attrapper un ballon au vol, éviter un obstacle).

-elle devra toujours se concentrer pour les exécuter et les réussir.

 

Exemples:

Conduite d'un véhicule: souvenez-vous lorsque vous avez appris la conduite, nombre de gestes à coordonner sans faire câler la voiture, rpérer les directions, regarder dans le rétro sans...écraser un piéton. Durant un temps (et juste un temps!) vous étiez comme une personne dyspraxique, rien n'était automatisé !

L'écriture est un geste acquis très complexe, elle implique un travail de calligraphie, un long apprentissage. Il faut en moyenne 5 à 6 ans pour qu'elle devienne automatique ! Des années d'entrainement pour le passage au collège où elle est censée devenir rapide, acquise, automatique et personnalisée.

 

Un élève dyspraxique n'automatisera jamais le geste d'écriture. Ca lui est impossible ! A vie...

 

Au prix d'efforts constants, l'un pourra parfois réussir à écrire , même "parfaitement" ( trop...écriture infantile) mais lentement, l'autre très mal, de façon illisible d'office, un autre pourra durant quelques lignes...

 

Le dyspraxique aura des difficultés pour:

- tenir son crayon ( position des doigts)

- serrer son crayon en ajustant sa direction ( il glissera, trop droit etc...), maîtriser la calligraphie

- appuyer correctement ( mine cassée, feuille percée)

- déplacer son poignet et son avant-bras pour suivre sur la feuille.

- gérer le positionnement du corps ( appuis, feuille penchée...)

 

Dans l'effort de contrôle permanent il se crispera, souffrance physique, parfois crampes et même tendinites.

Il ne pourra plus écouter un cours, songer à l'orthographe, toute son attention placée dans la réalisation du geste graphique ! Une situation de double tâche épuisante...

De plus, il devra gérer les lignes, les espaces et...vous allez le découvrir, chez nombre de dyspraxiques on observe des atteintes visuospatiales.

 

3) Atteintes visuospatiales

 

Les troubles de la coordination musculaire peuvent toucher les 6 muscles oculomoteurs. Ces muscles coordonnent des mouvements d'une précision inouïe et sont les plus sollicités au quotidien pour permettre une bonne vision ( plusieurs milliers de mouvements par jour).

Les personnes dyspraxiques ont des atteintes oculomotrices fréquentes ( dyspraxie VS) qui touchent nombre d'étapes de la vision. Ces troubles vont directement impacter la lecture ( pseudo dyslexie).

 

En effet, pour parvenir à lire il faut non seulement accommoder pour voir net mais aussi :

- coordonner nos deux yeux dans une vergence parfaite ( vision binoculaire, sans diploper- vision dédoublée).

-balayer un espace en son entier (dont une feuille A4 de gauche à droite)

-fixer la cible ( une syllabe, un mot)

-réaliser des mouvements rapides par saccades harmonieuses.

 

Pour un dyspraxique VS:

- les repérages spatiaux seront difficiles, zones non vues dans un texte lu ou à recopier au tableau. Saut de mots ou de lignes.

- lecture impossible si police complexe, trop petite ou lignes serrées.

- discrimination visuelle impossible sur des schémas trop petits ou au contraste peu marqué. Cartes de géo, schémas de SVT, figures de géométrie. Problèmes de vision en 2 D.

 

On pourrait dire que chez les dyspraxiques VS il existe une malvoyance d'origine neurologique. Des spécialistes orthoptistes neurovisuels peuvent repérer ce trouble et des séances de rééducation peuvent nettement améliorer le travail oculomoteur et de ce fait la lecture.

 

Conclusion

 

Les dyspraxies sont des troubles spécifiques des apprentissages qui vont entrainer une situation de handicap au quotidien et lors des apprentissages scolaires.

Elles touchent des enfants intelligents qui , pour parvenir à compenser leurs atteintes, vont avoir besoin d'aménagements et d'outils. En effet, ces élèves se retrouvent en situation de double tâche permanente ( cf article dans le site).

Sans cesse obligés de se concentrer pour réussir une tâche telle l'écriture, la lecture au tableau ou autre, ils seront fatigables, auront du mal à rester attentifs et risquent de se retrouver en situation d'échec scolaire, baisse d'estime de soi.

 

Régine Salvat, biologiste médicale.

 

 

La dyspraxie est  donc un trouble neurologique des processus cognitifs permettant de:

 

-Planifier
-Exécuter
-Automatiser des mouvements volontaires, appris et effectués dans un contexte précis.

 

 

LES DIFFERENTES DYSPRAXIES

 

Selon les signes cliniques, pour une approche fonctionnelle et le ciblage de prises en charge, on distingue diverses dyspraxies. En pratique, la plupart des personnes dyspraxiques présentent un "panachage" de ces formes.

 

´Dyspraxie idéatoire = trouble de la chronologie des étapes pour réaliser le geste (utilisation d’objet : tenue du stylo, couverts…)

 

´Dyspraxie idéomotrice = trouble de l’organisation du geste moteur en l’absence de l’objet (faire semblant de, imiter des gestes : mime, marionnette)

 

´Dyspraxie visuo-constructive = trouble dans les activités d’assemblage et de construction : jeux de construction, travaux manuels, dessin, écriture

 

´Dyspraxie visuo-spatiale = trouble de l’organisation et de la structuration spatiales

 

´Dyspraxie de l’habillage = boutonnage, lacets...

 

´Dyspraxie buccofaciale = souffler, tirer la langue, parler 

 

 

PDF pour imprimer
difficultés du dyspraxique à l'école.pdf
Document Adobe Acrobat [1.4 MB]
Pour imprimer
Les manifestations de la dyspraxiesansco[...]
Document Adobe Acrobat [1.8 MB]
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Estelle Rivray - Isabelle Legris - Régine Salvat